WORLD CIRCUS

Peu de temps après la création de CIRCUS MUNDI, une invitation m’était lancée de participer à un projet autour de 39 polaroïds réalisés par Georges Perec lors d’un voyage sur un porte-containers entre Le Havre et New-York dans les années 70. 39 artistes étaient invités à créer une pièce en deux dimensions dont le format ne devait pas dépasser 92×56 cm. L’ensemble des propositions a été remis au Carré d’art de Nîmes et avait été présenté lors de plusieurs expositions dont celle à l’Ecole Régionale des Beaux-Arts de Rouen en mai et juin 1997 et a fait l’objet d’une édition dans la revue TEM (Texte en main).

worldcircus.jpg

Pour partir à la conquête de l’Amérique, le patron de CIRCUS MUNDI avait rebaptisé son petit cirque itinérant WORLD CIRCUS. Les deux perruches, la chèvre, le poisson rouge et la souris qui formaient l’ensemble de la ménagerie du CIRCUS MUNDI partiraient dans un conteneur spécialement étudié pour le transport des animaux. Hector Hermann, le clown équilibriste et dompteur du CIRCUS MUNDI les accompagnerait. Deux grandes malles contiendraient les nouveaux accessoires du futur WORLD CIRCUS, entièrement démontables et réalisés à base de toile de coton peinte de rayures rouges et jaunes par Hector. Les petites maquettes à découper et plier qui reprenaient les différents éléments du cirque avaient été tradites pour les enfants américains…

world.jpg

Alors même que se constituait ce voyage imaginaire transatlantique du petit cirque, une proposition d’exposition m’était faite par un centre d’art québécois qui allait m’amener à mettre à profit la réflexion élaborée autour du WORLD CIRCUS.

Les commentaires sont fermés.